Racisme en Europe; Blame pour la France

Message du Président
Je suis très heureux de vous présenter la dernière édition
du rapport alternatif sur le racisme en Europe du Réseau
européen contre le racisme (ENAR). Celui-ci est basé sur 26
rapports alternatifs nationaux, et offre une perspective cruciale
et unique de la société civile sur la situation du racisme et
de la discrimination en Europe, de mars 2011 à mars 2012.
Malheureusement, comme pendant les années précédentes, la discrimination raciale et
religieuse continue à affecter la vie de nombreuses minorités ethniques et religieuses dans l’ensemble de l’Europe et dans divers domaines, comme dans l’accès à l’éducation, à l’emploi, au logement, aux biens et aux services, ou dans la façon dont ils
sont traités par la police et le système judiciaire pénal. Ce rapport souligne particulièrement les expériences des communautés musulmanes et il s’agit de la première étude qualitative paneuropéenne sur l’islamophobie. L’islamophobie
décrit la crainte, les préjugés et la haine irrationnels envers l’Islam, les musulmans ou la culture islamique. Les données provenant des rapports alternatifs nationaux montrent que
l’islamophobie est répandue dans nombre de pays européens et que les préjugés croissants à l’encontre des musulmans sont souvent plus profonds que ceux éprouvés par d’autres groupes minoritaires religieux ou ethniques. Le rapport de cette année
met l’accent sur la vulnérabilité de ce groupe, qui est trop souvent au pire rejetée, et au mieux sous-estimée. Continuer la lecture

Sur Femen, Amina… et Louise Bourgeois, Rédaction par Joumana Haddad

Amina, une jeune militante tunisienne de Femen, est menacée de mort pour s’être affichée seins nus. Réaction de l’écrivaine libanaise Joumana Haddad, de la perplexité à la colère.


Source:Les Nouvelles /News
Je dois avouer que l’approche de Femen – utiliser la nudité pour lutter contre le patriarcat – m’a toujours laissé un sentiment de confusion. D’un côté, je me réjouis que les femmes reprennent et revendiquent le contrôle de leurs corps, dans une société qui les traite comme des objets aux mains des hommes, en toutes circonstances (célébration de la virginité, crimes d’honneur, lois religieuses misogynes…). Mais de l’autre j’ai toujours trouvé absurde, douteuse, la polarité forcée que cela crée entre femmes voilées et femmes surexposées. Comme si le patriarcat nous demandait, à nous femmes : « Alors, vous avez décidé ? Les seins ou la Burqa ? Il faut choisir. » Comme s’il n’y avait pas de troisième option.

En ce qui me concerne, je choisis de ne pas choisir. Je trouve ces deux stéréotypes sexistes, humiliants et contre-productifs. Et je trouve que la prétendue opposition entre eux n’est qu’une illusion d’optique : ils sont les deux faces de la même pièce, celle du patriarcat. La première fait de la femme un objet de tentation à utiliser ; la seconde un objet de tentation à éliminer. C’est pourquoi, malgré tout mon respect pour Femen et pour leur lutte, et malgré mes positions très progressistes en matière de sexualité en général, et de sexualité féminine en particulier, je reste perplexe devant l’utilisation de la nudité féminine par Femen pour attirer l’attention sur les droits des femmes. Continuer la lecture